La revue RJPENC n° 32…

…est disponible en téléchargement !

Articles également disponibles en téléchargement.

Connexion

Accueil

Éditorial n° 32

L’année 2018 calédonienne a été exceptionnelle car elle a permis à la Revue juridique, politique et économique de Nouvelle-Calédonie de couvrir au 1er semestre le thème de l’autodétermination et au deuxième semestre le résultat de cette consultation à la date du 4 novembre. C’est donc la raison essentielle de cette publication aussi tardive : laisser le temps aux rédacteurs d’affiner leurs analyses sur ce vote pour permettre aux lecteurs d’en saisir toutes les subtilités.


Ce vote entérine un rejet de la pleine souveraineté, ce que l’on nomme dans le langage courant l’indépendance. Il ne s’agit pas de seulement soupeser le pourcentage du « non » par rapport au « oui », mais également de prendre en compte la participation exceptionnelle à cette consultation. Celle-ci est à la hauteur de l’engagement citoyen en faveur d’une Nouvelle-Calédonie riche de diversités. Bien que l’on observe une nette participation des électeurs en faveur du « oui » pour un devenir essentiellement identitaire, ce résultat interroge sur le devenir du destin commun. Cependant, ce résultat clair, net et sans appel, est analysé dans plusieurs articles couvrant l’essentiel du positionnement des Calédoniens envers le devenir de cet archipel.


Des articles de doctrine abordent pour le premier les éventuelles consultations référendaires à venir, pour le second le thème de l’éventuelle destinée d’une « Kanaky-Nouvelle-Calédonie » dans le cadre d’une indépendance-partenariat où apparaît en filigrane le manque d’une vision pour une souveraineté économique. Un troisième article traitant de la reconnaissance juridique d’une identité spécifique des communautés pour lui confier des prérogatives particulières et un quatrième sur l’ouverture du marché polynésien du transport aérien international en relation avec l’Autorité de la concurrence.


Notre dossier sur la valorisation du domaine maritime : « La mer, des valeurs, un avenir » a suscité un vif intérêt, tant auprès des responsables nationaux pour leur vision géopolitique qui permet à la France d’assumer son rôle de deuxième puissance maritime, que locaux avec une prise de conscience qui émerge lentement mais sûrement et dont la vision est basée sur un développement augurant un avenir prometteur. Si « la politique maritime française est nécessairement une politique ultramarine », la politique maritime de la Nouvelle-Calédonie devra nécessairement être une réalité tangible dans les années futures. De par sa configuration géographique, la Nouvelle-Calédonie devra maîtriser sa maritimisation croissante des échanges. Cependant, si cet archipel n’est pas encore à la hauteur des enjeux de sa future croissance bleue pour gérer toutes ses ressources halieutiques, minérales ou énergétiques, le foisonnement actuel, majeur, dans le domaine maritime s’affiche dans la création du Parc naturel de la mer de Corail.


La Revue juridique, politique et économique de Nouvelle-Calédonie associée à la Maison de la Mélanésie, publie également une conférence-débat sur « Quel droit des assurances en Nouvelle-Calédonie ? L’exercice d’une compétence à la croisée des chemins ». De nombreux échanges ont permis aux participants de connaître le point de vue du gouvernement ainsi que le point de vue des professionnels.


Parmi nos autres rubriques, que ce soit la jurisprudence par ses décisions ou la chronique de droit coutumier kanak sur la reconnaissance d’un droit public coutumier, celle concernant la bibliographie est très bien fournie et féconde sur le thème de la Nouvelle-Calédonie.


L’équipe de bénévoles de la Revue juridique, politique et économique de Nouvelle-Calédonie souhaite aux Calédoniens et à son lectorat une réflexion politique qui intègre largement une réflexion économique.



Robert Bertram,
Directeur de la RJPENC