Connexion

L'association

L'Association de la Revue juridique, politique et économique de Nouvelle-Calédonie

 

L'idée de créer une revue juridique, politique et économique en Nouvelle-Calédonie s'était concrétisée en 2002 au sein du Centre de recherches juridiques et économiques (CERJE) qu'animait alors Patrice Jean. Cette structure, d'origine universitaire mais à vocation élargie, se distinguait déjà d'un laboratoire classique de recherche par son indépendance vis-à-vis de toute hiérarchie, et sa volonté d'ouverture à l'ensemble de la société civile d'une collectivité française d'outre-mer décidément très particulière.

C'est Jean-Yves Faberon qui avait su impulser la dynamique nécessaire à la naissance de cette belle et, croyons-nous, utile publication, qui sans lui n'existerait pas. Ses successeurs à la tête de la revue furent Patrice Jean, Jean-Florian Eschylle, et depuis peu Bernard Chérioux.

La forme associative de ses statuts exprime, par définition, le caractère strictement bénévole de la petite équipe qui la fait vivre. Elle est aussi garante de sa démocratie interne : directeur, membres du bureau et du conseil d'administration sont périodiquement soumis à réélection par l'assemblée générale et en permanence responsables devant elle.

La vocation de la RJPENC, réaffirmée d'année en année, est d'être fondamentalement pluraliste, libre et transparente. Nous accueillons par principe toutes opinions, pourvu qu'elles soient dignes d'intérêt, correctement écrites et argumentées, respectueuses d'autrui. Conseil de rédaction et Comité de lecture sont là pour y veiller.

Ses recettes budgétaires reposent en partie sur ses ventes, qu'elle s'attache à développer notamment avec son tout nouveau site internet : une meilleure diffusion permettrait de réduire la part relative des subventions que des partenaires, publics et privés, veulent bien nous accorder tout en s'abstenant  -qu'ils en soient remerciés- d'exercer à notre égard quelque pression que ce soit.

Le système institutionnel calédonien est original, évolutif, sans doute unique, peut-être exemplaire.  A l'approche de la "sortie" de l'Accord de Nouméa, prévue à partir de 2014,  il n'est sans doute pas inutile qu'un tel organe de presse tente de contribuer, le plus honnêtement possible, à l'indispensable débat. Dans l'archipel, mais aussi au-delà de son magnifique et précieux lagon …

Patrice Jean, co-directeur scientifique de la RJPENC.